L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

UO:Est-ce cela que souhaitaient les autorités??

Cinq responsables de différents services en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, réunis autour du SG du MESSRS, étaient face à la presse dans la soirée d'hier dimanche 29 juin 2008, à Ouaga. Il s'est agit d'expliquer les motifs des nouvelles mesures prises le 28 juin, relatives à la suspension des activités académiques et pédagogiques aux universités de Ouaga 1 et Ouaga 2.

Toutes les activités académiques et pédagogiques de l'année universitaire 2007-2008, aux universités de Ouaga 1 et Ouaga 2, sont suspendues depuis le samedi 28 juin 2008 et ce, jusqu'au 16 septembre prochain. Toutes les oeuvres universitaires (cités, restaurants, services sociaux, etc.) le sont également. Et ce n'est pas tout: les allocations financières (bourses, aides, prêts) attribuées aux étudiants sont aussi suspendues jusqu'à la prochaine reprise des activités académiques et pédagogiques (voir encadré). Les raisons de ces nouvelles mesures ont été expliquées hier soir à l'occasion d'un point de presse conjointement animé par le SG du MESSRS, Luc Yé, les présidents des universités Ouaga 1 (Pr. Jean Koulidiati) et Ouaga 2 (Pr. Karifara Bayo), le DG du CENOU (Robert B. Sangaré), le directeur du FONER (Etienne Zongo) et le DG du CIOSPB (Vincent Tiendrebéogo).

Après le mot introductif du SG du MESSRS, le président de l'université Ouaga 2 a indiqué que le calendrier académique aux universités de Ouaga 1 et Ouaga 2 prévoyait, la fin de l'année universitaire d'abord pour le 28 juin 2008 (au lieu du 31 mai), eu égard au regard enregistré. Mais au sortir des réunions conjointes du conseil scientifique et du conseil de formation et de la vie universitaire des 15 et 17 juin 2008, il avait été décidé un prolongement de l'année jusqu'au 14 juillet prochain, compte tenu du temps perdu pour fait de grève des étudiants. Et après une dizaine de jours perdus (toujours pour fait de grève), le conseil scientifique s'est rendu à l'évidence, lors de sa réunion du 25 juin, que l'année universitaire en cours ne pourrait plus être sauvée. "Toute peine était perdue", renchérit le Pr. Jean Koulidiati, président de Ouaga 1. C'est ainsi donc qu'il a été décidé de la suspension de l'année par arrêté ministériel en date du 28 juin 2008.

Et s'il n'y a pas d'étudiants sur le campus, il n'y a pas de raison que les œuvres universitaires continuent d'êtres servies. C'est l'explication donnée par le DG du CENOU, Robert Sangaré, pour justifier la fermeture des restaurants et cités universitaires de même que la suspension de toutes les autres oeuvres universitaires, tel que le siège du CODE dont le loyer était à la charge du CENOU. C'est à peu près les mêmes explications qui ont été données par le DG du CIOSPB pour expliquer la suspension des bourses de même que le directeur du FONER, pour justifier la suspension des prêts et aides d'étude dont le paiement des prochaines tranches était prévu pour débuter ce mercredi 2 juillet 2008 pour les étudiants de Ouaga. "Dès demain (ndlr: lundi 30 juin) nous allons reverser les sous à la BECEAO, a dit le directeur du FONER.
On peut ainsi économiser de l'argent en mettant les pauvres hors des cités universitaires, en fermant les restaurants universitaires, en suspendant les bourses et les aides et prêts, même si l'un des illustres conférenciers du jour, en l'occurrence le président de l'université de Ouaga 2 est en poste et grassement entretenu par l'argent du contribuable et ce depuis fin 2007. Et tenez-vous bien, le Pr. Karifara Bayo est président d'une unité (Université Ouaga 2) qui n'est pas encore opérationnelle!

Il est à noter que les étudiants des universités de Bobo Dioulasso et de Koudougou ne sont pas concernés par ces nouvelles mesures du 28 juin.

L'année universitaire sera-t-elle sauvée à Ouaga à la reprise du 16 septembre prochain? Personne ne le sait pour l'instant, pas même le SG du ministère en charge de l'enseignement supérieur qui indique que cela va dépendre de la décision du même conseil scientifique qui va se réunir d'ici le 14 juillet prochain, pour émettre des propositions. "Toutes ces décisions n'ont été prises de gaieté de coeur" ont conclu les responsables du MESSRS. Pas très rassurant!


01/07/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres