L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

Mort de Justin Zongo : Chaude matinée à l’Université de Ouagadougou

En bloquant, très tôt dans la matinée de ce 15 mars 2011, les voies d’accès à l’université de Ouagadougou, la gendarmerie a empêché l’Association nationale des étudiants du Burkina (Aneb) de tenir son assemblée générale. Cette assemblée générale devait décider de la conduite à tenir, après la marche organisée (et dispersée par les forces de l’ordre) par l’Aneb vendredi dernier afin de « protester contre les tueries des élèves et Etudiants du Centre-Ouest » et réclamer que justice soit faite. Pour manifester leur mécontentement, les étudiants ont érigé des barricades et brûlé des pneus sur les boulevards Charles De Gaulle et Ibrahima Babangida.

Projectiles en mains, les manifestants ont occupé à certains endroits les boulevards Charles De Gaulle et Ibrahima Babanguida. A l’aide de gros cailloux ou d’autres objets, ils ont érigé des barricades sur ces artères obligeant les usagers à changer d’itinéraire.

Pour les disperser, les équipes mobiles de la gendarmerie, qui patrouillaient dans le quartier Zogona, tiraient des grenades lacrymogènes. La tension entre gendarmes et étudiants est montée parce que les hommes en tenue ont fermé les entrées de l’Université de Ouagadougou refusant ainsi l’accès aux étudiants qui voulaient y tenir leur Assemblée générale. « Nous devions nous retrouver ce matin pour faire le bilan de notre marche-meeting du vendredi 11 mars dernier. Mais lorsque nous sommes arrivés à l’Université, nous avons trouvé la gendarmerie qui avait fermé les entrées pour nous empêcher d’y pénétrer.

Nous avons alors décidé de tenir l’AG non loin du campus. Mais les gendarmes nous ont dit d’aller plus loin. Ce que nous avons refusé. C’est en ce moment qu’un d’eux a lancé unegrenade lacrymogène vers nous », a raconté un étudiant. La course-poursuite s’est déroulée toute la matinée. Certains commerces sont également restés fermés. En rappel, différentes localités du Burkina vivent des journées de manifestations depuis l’annonce de la mort, fin février à Koudougou, de l’élève, Justin L Zongo. Selon les sources officielles, l’élève est décédé des suites de méningite.

Mais pour ses camarades, il est mort des « mauvais traitements » que la police lui aurait infligés. Des étudiants qui manifestaient le vendredi 11 mars dernier sous l’égide de l’Aneb avaient été dispersés par les Forces de l’ordre. La situation a conduit le gouvernement à fermer les universités publiques et à avancer la date des congés scolaires.

Jacques Théodore Balima/Fasozine



16/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres