L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

Cinquantenaire de l'UGEB: Une semaine de commemoration

50 ans, ce ne sont pas 50 mois encore moins 50 jours. Un demi-siècle est une étape très importante dans la vie d'un homme. Elle l'est encore plus dans la vie d'une institution. C'est en faisant sienne cette pensée que l'Union Générale des Etudiants Burkinabè (UGEB) a célébré ses 50 ans de vie. A travers diverses activités tenues du 29 novembre au 04 décembre 2010, les membres et amis de l'UGEB, se sont penchés sur le thème « 50 ans de vie et de luttes de l'UGEB aux côtés du peuple ».

Le lundi 29 novembre, il y avait au programme un cross populaire suivi de la prestation du club taekwondo. Le mardi 30 novembre, un séminaire de formation sur la vie et les luttes de l'UGEB s'est tenu à l'Amphi A600 de l'université. Ce séminaire devait se poursuivre durant tout le mois de décembre. Le mercredi 1er décembre, une exposition-photos retraçant les luttes de l'UGEB était inscrite au programme. Elle a été suivie par la prestation d'une troupe théâtrale et d'une chorale. L'activité phare a été sans aucun doute, le panel organisé le samedi 04 décembre à l'amphi A600. Il a porté sur le thème de la célébration du cinquantenaire de l'UGEB à savoir « UGEB, 50 ans de vie et de luttes aux côtés de notre peuple ». L'orientation révolutionnaire de l'UGEB, l'esprit de sacrifice et de lutte conséquente pour de meilleures conditions de vie et d'études, ont été les sous-thèmes sur lesquels les panelistes ont porté leur communication. Il s'agissait de Ernest Traoré, enseignant à l'université de Ouagadougou et Adama Baguiya, doctorant à l'université. Ils ont tous deux été anciens membres du bureau de l'UGEB. La modération a été assurée par Moumouni Derra, président de l'UGEB. Le panel a été une occasion pour retracer les débuts, les défis et les difficultés de l'UGEB.

En rappel, l'UGEV (Union Générale des Etudiants Voltaïques), qui deviendra en 1984  l'UGEB (Union Générale des Etudiants Burkinabè), a été créée le 27 juillet 1960. Elle est née de la fusion de l'AEB (Association des Etudiants Burkinabè en France) et de l'ASB (Association des Scolaires Burkinabè à Dakar), qui ont  respectivement été créées en 1950 et 1956. Les deux auraient vu le jour, selon Adama Traoré, parce que le parti RDA ne répondait pas aux  aspirations des couches sociales notamment celles des étudiants. « Il s'était allié au colon plutôt qu'aux populations », dira-t-il. Ainsi, les étudiants et scolaires ont décidé de créer les associations AEB et ASB. Plutard, ils vont décider de conjuguer leur force en s'associant pour créer l'UGEV. Au cours de son évolution, l'UGEV va faire face à de nombreuses crises internes et externes. Entre 1966 et 1971, des crises internes ont failli mettre fin à l'existence de l'UGEV. Et pour cause, elle s'impliquait dans la politique en prétextant préparer la révolution. Mais en 1979 lors du 9e congrès, l'UGEB va s'affranchir de la politique. Le rôle de l'étudiant va y être clairement défini en adoptant une plate-forme d'union. A partir du 10e congrès en 1980, ses membres vont désormais définir l'UGEB comme étant une organisation de masse et non de classes. C'est-à-dire que toute personne issue de n'importe quelle couche sociale et de n'importe quel bord politique peut, si elle le souhaite, adhérer à l'UGEB. Le 04 août 1983 avec la révolution le pays changea de nom et devint Burkina Faso. Ainsi, l'UGEV va devenir UGEB mais ne changea pas ses fondements.

Les panelistes n'ont pas manqué de relever les acquis engrangés par l'UGEB au profit des étudiants. « L'année universitaire 1991-1992 a vu la diminution du prix du repas de 150 francs à 100francs et la chambre de cité de 6 000 francs à 4 000 francs », ont-il relevé.

L'esprit de sacrifice, dont ont fait preuve certains membres de l'UGEB, a été salué. Les participants au panel ont appelé à plus d'engagement afin de poursuivre les œuvres commencées par les ainés. « La lutte doit continuer pour l'amélioration des conditions de vie et d'études de l'étudiant burkinabè ». Telle a été la résolution qui a été prise au cours de ce grand panel. La célébration des 50 ans de l'UGEB s'est achevée en apothéose avec le bal organisé le samedi 4 décembre au bar dancing « AFRICANDO ».      

 

Hermann Bazyomo



22/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres