L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

Assassinat de l’étudiant Inoussa G. Kazienga : L’ANEB ne veut pas qu’on enterre le dossier

Les étudiants de Koudougou, plus que quiconque, ont été consternés par l'assassinat de Inoussa Gouwendbem Kazienga le samedi 13 février dernier, et dont le corps a été découvert en état de putréfaction dans une cour désaffectée au secteur 9. Nonobstant l'enquête de la gendarmerie qui a permis d'arrêter trois présumés auteurs, l'Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) de Koudougou invite ses militants et militantes à rester attentifs à tout mot d'ordre afin d'éviter que le dossier sur ce crime crapuleux soit enterré.

Dans une déclaration en date du lundi 06 avril 2010, la section de l'ANEB de Koudougou revient sur la découverte macabre et consternante, le 15 février dernier, du corps de leur camarade, Inoussa G. Kazienga, alors étudiant en 1re année de SEG à l'université de Koudougou.

''La culture de l'injustice et de l'impunité est totale. La hache faucheuse est dissimulée sous les costumes et autres boubous et est exhibée à tout coup pour frapper, comme ce fut le cas le samedi 13 février 2010'', s'est insurgée cette association estudiantine, faisant remarquer que leur camarade a été assassiné de façon atroce.

Les étudiants disent avoir rencontré le procureur du Faso le 24 mars 2010 qui leur aurait dit qu'un juge d'instruction a été désigné pour instruire le dossier, juge qui dispose des résultats de l'enquête de la gendarmerie et de trois suspects détenus à la Maison d'arrêt et de correction de Koudougou.

''Mais selon toute vraisemblance, ces trois individus ne seraient que de simples exécutants'', constate l'ANEB qui étaie ses convictions par le fait que certains faits et témoignages semblent désigner un commanditaire. Elle soutient que ce commanditaire est bien connu de la ville de Koudougou et que les regards dans ce crime sont portés vers celui-ci, qualifié de ''môgô puissant'', qui ne cacherait pas ses accointances avec les dignitaires de la IVe République.

L'ANEB de Koudougou, qui a toujours en mémoire le sort qu'a connu le dossier Norbert Zongo classé sans suite, se demande si la justice voudrait aussi protéger le commanditaire de l'assassinat de leur camarade.

C'est pour éviter une telle situation qu'elle invite les étudiants et les étudiantes à la mobilisation et à la résistance, à rester vigilants pour que la justice n'enterre pas le dossier de Kazienga Inoussa, et à se tenir prêts pour tout mot d'ordre utile à la manifestation de la vérité et pour que justice soit faite.

Cyrille Zoma/L'Observateur Paalga



08/04/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres