L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

Soumaila Traoré: Un exemple de courage et de détermination

Il a beau être sur une chaise roulante sans bras ni pieds, Soumaila Traoré a presque l’air de vous regarder d’en haut. Ce n’est pas du mépris mais ce handicapé est sûr de lui et sans complexe. C’est d’ailleurs ce qui a permis à ce natif de Bobo d’être à la tête de l’association des élèves et étudiants handicapé du Burkina qui revendique près de cent membres. Soumaila Traoré estime néanmoins que cela n’a rien d’un exploit. Il ne nie pas l’existence de préjugés et sont lot d’expériences amères comme ce jour où  un taximan lui a jeté à la figure que prendre un handicapé entraine la poisse. 


Son histoire est bouleversante.  A deux ans, le train passe sur lui à Maro (NDLR : localité située à une centaine de kilomètre de Bobo Dioulasso). Le miracle est passé par là. Il s’en sort avec des membres gauches arrachés à la racine et trois quarts de ses membres droits sont coupés. Sous nos cieux beaucoup aurait opté d’être un mendiant ou une charge pour ses parents. Mais le courage, l’abnégation, la persévérance et la détermination ont conduit ses pas vers des études primaires, secondaires et ... universitaires! Le sourire facile, courtois, toujours avec un brin d’humour, Soumaila a décidé de ne pas être une charge pour la société. Il a  surmonté son handicap et vit comme tout le monde. Il manie bien son téléphone portable, son ordinateur, sa brosse à dent. Il jouait même au ballon quand il était plus jeune. Pour comprendre son histoire, il faut remonter en 1979 et le 19 mars dans la famille Traoré. Il commence sa scolarité à l’âge de 12ans. Comment écrire quand on n’a pas de main ? Soumaila écrit donc avec la bouche. C’est ainsi qu’il va étudier jusqu’à décrocher son baccalauréat série D en 2006. A son arrivée à l’université, il ne bénéficiera pas de bourse ni de l’aide ou le prêt du Fonds National pour l’Enseignement et la Recherche (FONER) alloués aux étudiants chaque année. Il vit grâce à ses amis et aux actions de bonnes volontés. Malgré tout, il est inscrit en année de licence au département des sciences juridiques et politiques de l’université Ouaga II au titre de l’année académique 2011-2012. Ses déplacements se font à grâce à une chaise roulante électrique. Un moyen de deplacement acquis grçace à des amis français qui ont organisé une soirée caritative pour l’en acheter. Ses amis l’ont également gratifié d’un ordinateur portable. Cependant Soumaila Traoré regrette que cela vienne de l’extérieur et que l’Etat ne fasse pas de geste. Président de l’Association des élèves et étudiants handicapés du Burkina depuis 2009, Soumaila dit avoir œuvré sous sa présidence à obtenir dix bourses d’études pour des étudiants handicapés.  Il multiplie selon ses dires à des actions de plaidoyer auprès des autorités pour l’octroi de bourses, des logements adaptés et certaines facilités aux quelques 200 étudiants handicapés que compte l’université de Ouagadougou et celle de Ouaga II. «Au Burkina, être personne handicapée instruite c’est un exploit. Mais quand en plus certains arrivent à l’université, je pense qu’ils sont à encourager » fait il remarquer. Son cas a inspiré le réalisateur burkinabè Sékou Traoré. Ce dernier a réalisé un film documentaire « Ismaël, un exemple de courage » qui retrace en 26 minutes le parcours d’Ismaël depuis l’accident jusqu’en 1995. L’ainé d’une fratrie de quatre enfants garde espoir et nourrit des ambitions : être propriétaire d’un vidéoclub, écrire son autobiographie, réaliser un film sur son parcours et obtenir un emploi. Afin de lui permettre de casser le cycle d’assisté. Même si certains concours lui sont fermés à cause des épreuves sportives il ne baisse pas les bras et tente sa chance à certains de la fonction publique. Sa devise « toujours mieux faire ».

Aly Boli/Eveil Education



08/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres