L\'atmosphère à l\'Université de Ouagadougou

16 étudiants burkinabe sanctionnés dont six exclus définitivement des universités privés et publics du pays

Le Conseil de discipline de l’Université de Koudougou (Centre-ouest du Burkina Faso), vient de rendre public sa décision de sanctionner seize (16) étudiants dont six (6) exclus définitivement de l’enseignement supérieur privé et public du pays pour avoir pris part à des manifestations troublant l’ordre académique, a-t-on appris vendredi.
 
Parmi les six étudiants exclus, figure l’ancien président du comité exécutif de l’Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB) de Koudougou, Francis Nikièma, fer de lance du mouvement des élèves et étudiants de Koudougou.
 
Francis et ses cinq camarades ont été reconnus coupables d’attitudes de nature à compromettre l’action pédagogique, en participant notamment aux boycotts des cours et évaluations. 
 
En outre, il leur a été reproché leurs « attitudes, propos et comportements d’intolérance ayant entrainé un trouble à la vie administrative et académique ou causé un préjudice aux personnes et des sévices moraux ou physiques exercés contre un tiers. On cite notamment à ce propos de cas d’agression et de violence physique et verbale sur l’enseignant Mahamoudou Oubda, chef de département Histoire et Archéologie et directeur adjoint par intérim de l’UFR/LSH ». 
 
Il ont été reconnus, en plus, coupables d’agression et de violences physiques sur deux étudiants ayant entrainé des blessures et évanouissements.
 
Huit autres étudiants ont été interdits d’inscription pendant cinq ans à l’Université de Koudougou. 
 
En plus de ces sanctions, les quatorze étudiants ont vu leur inscription au titre de l’année universitaire 2011-2012 annulée. 
 
Deux étudiants sur les 16 qui sont passés en conseil de discipline ont écopé de l’annulation de leurs résultats de la première session de l’année 2011-2012. 
 
Début septembre, l’Unité de formation et de recherche en lettres et sciences humaines (UFR/LSH) de l’université de Koudougou et l’administration étaient en conflit ouvert sur le déroulement du calendrier universitaire 2011-2012. 
 
L’UFR/LSH qui comprend la psychologie, les Lettres modernes, la géographie, l’histoire et les sciences de l’information et de la documentation, est l’un des établissements les plus importants du point de vue des effectifs et de la diversité des filières de l’Université de Koudougou.
 
En vue de rébsorber entièrement le retard, selon le président de l’UK, des enseignements et des évaluations devraient être assurés en août et septembre avec au moins un mois de vacances à des dates différentes sur la période de juillet à octobre 2012.
 
Un calendrier qui n’était pas du goût de l’ANEB qui avait appelé au boycott estimant que ces décisions ne prenaient pas en compte les vacances des étudiants. Cette situation avait créé un camp favorable au boycott et un autre hostile à cette attitude.


06/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres